Les bienfaits de la gentillesse au travail

Accueil > Ma Vie Perso > Psycho > ARTICLE "Les bienfaits de la gentillesse au travail"

Psycho

Les bienfaits de la gentillesse au travail

Entretien avec Emmanuel Jaffelin, philosophe et écrivain,
auteur d’Éloge de la gentillesse en entreprise (First Editions).

Contrairement à un préjugé tenace, être gentil à l’égard de ses collègues n’empêche pas de faire carrière. La gentillesse serait même la clef pour améliorer les conditions de vie au travail. Finie la compétition ! Bienvenue dans l’ère de la coopération.

 

Comment définiriez-vous la gentillesse ?

La gentillesse consiste à rendre service à quelqu’un qui vous le demande, que ce soit sur son lieu de travail ou dans la rue, sans en escompter un retour sur investissement. Cette demande ne s’exprime pas forcément de façon verbale. Par exemple, dans le métro, je croise une femme en bas d’un grand escalier, deux valises posées à ses côtés. Je lui demande alors : « Puis-je vous aider ? ». Il en est de même à l’hôpital : l’infirmière fait preuve de gentillesse à l’égard des patients qui expriment une attente par leur regard ou leur corps. Étymologiquement, le mot gentil vient du latin gentilis qui signifie « le noble », « celui qui est bien né ». L’agent hospitalier s’anoblit ainsi dans l’empathie qu’il manifeste à l’égard de ses patients.

 

Pourquoi certaines personnes ne pratiquent-elles pas la gentillesse sur leur lieu de travail ?

Le mot « méchant » vient du vieux français « mescheoir » qui veut dire « mal tomber ». Tel un prédateur, il croit qu’avant de tomber lui-même, il faut faire tomber les autres. Pour avancer dans sa carrière, pour gagner un plus gros salaire, il courtise la hiérarchie tout en tirant le tapis sous les pieds de ses collègues.

 

L’époque où le « tueur » gagnait est-elle révolue ?

Dans nos sociétés, on pense que le monde du travail est à l’image de la nature et de la théorie de Darwin basée sur le concept de la « lutte pour la survie » qui implique un comportement de « tueur » ou de « chacun pour soi ». Or, on a découvert récemment que l’empathie existe aussi chez les animaux et entre différentes espèces.

       

Quels sont les bienfaits de la gentillesse ?

Être gentil permet de faire une découverte sur soi : je ne suis pas seulement un « moi ». Loin de vivre dans une « société du tout-à-l’ego », je découvre que je suis un métier à tisser des relations ponctuelles. C’est tellement facile et ça ne coûte rien, alors pourquoi s’en priver ? Libéré de mon ego grâce à la gentillesse, je m’ouvre alors à mon alter-ego. Comme mon collègue : je lui donne un coup de main quand il a trop de travail. 

 

Pourriez-vous citer un exemple de bienfait de la gentillesse sur le lieu de travail ?

Pendant dix-huit ans, le directeur d'un établissement n’oubliait jamais de dire chaque jour « bonjour » et « bonsoir » au gardien de son entreprise. Un soir, ne l’ayant pas vu partir à la fin de la journée, ce dernier prit l’initiative de partir à sa recherche et le retrouva coincé dans une chambre froide ! S’il n’avait pas eu l’habitude d’être ainsi salué chaque jour, le gardien ne se serait jamais inquiété de l’absence de son directeur, qui ne serait certainement plus en vie aujourd’hui. Cet exemple montre bien l’effet boomerang d’un comportement que l’on peut qualifier de bienveillant et de gentil. 

 

Qu’en est-il des relations hiérarchiques ?

La gentillesse a le pouvoir d’abolir toute hiérarchie. Quand le DRH, par exemple, se casse la figure dans le couloir de l’hôpital et que la secrétaire se précipite pour l’aider à se relever, il n’y a plus de relation verticale : celui qui est fort, c’est celui qui fait preuve d’empathie et non plus celui qui est tombé.

 

La gentillesse pourrait-elle être la clef de la réussite ?

Dans notre société fondée sur l’argent, le monde du travail joue un rôle essentiel dans la gentillesse. Aujourd’hui, on lui assigne deux finalités : non seulement économique, en créant de la richesse, mais aussi politique, en suscitant de la sociabilité, c’est-à-dire une bonne atmosphère que les salariés exporteront naturellement. Le fait qu’ils arrivent heureux le matin, travaillent dans la bonne humeur et coopèrent entre eux toute la journée a des effets bénéfiques sur les résultats et, d’une manière moins visible, sur la société. Au contraire, si les salariés viennent la boule au ventre et passent leur temps à être dans la compétition, cette mauvaise ambiance sera préjudiciable sur le long terme – inefficacité, burn-out, bore-out, absentéisme, démotivation, etc. – et donc à la société.

 

La gentillesse peut-elle être « contagieuse » ?

Être gentil dans la vie professionnelle est bénéfique, par voie de ricochet, dans la vie personnelle, au sein de la famille, dans la rue, entre amis, à son club de sport et, in fine, à l’ensemble de la société. Pourquoi ? Parce que tout est interdépendant. La gentillesse est disruptive et systémique.

 

Pour en savoir plus :

 

A PARTAGER SUR :

Estelle Centofanti

sage-femme au CH d’Argenteuil (95)

Ici, on s’entraide : quel que soit son diplôme ou son expérience, personne n’essaye de se faire remarquer

La gentillesse est inhérente à mon métier de sage-femme et, de façon plus générale, aux professions de la santé. Ici, on s’entraide : quel que soit son diplôme ou son expérience, personne n’essaye de se faire remarquer. Par exemple, il arrive qu’un cadre déplace un malade sur son brancard. Si tout le monde est de bonne humeur, cela permet de créer une ambiance de travail moins stressante et, ensemble, on gagne ainsi en efficacité. De même avec les patients : quand on est bienveillant, ils nous font confiance et se montrent coopérants. Et puis, l’on se sent valorisé lorsqu’ils nous disent qu’ils apprécient notre façon de faire. Cela étant, il faut savoir poser des limites. Si l’on est trop gentil avec des collègues, certains pourraient en profiter pour nous demander de faire ci ou ça. De même avec les patients. Quand je débutais, je me laissais vite dépasser par des visiteurs qui arrivaient au-delà des horaires autorisées. Or, c’est important de faire comprendre qu’il y a des règles à respecter pour le bon fonctionnement de tout le service.