Le street art invité à l’hôpital de Nancy

Accueil > Ma Vie Pro > Initiatives > ARTICLE "Le street art invité à l’hôpital de Nancy "

Initiatives

Photo D.R.

Le street art invité à l’hôpital de Nancy

Afin d’embellir son ensemble architectural, le Centre hospitalier régional universitaire (CHRU) de Nancy a proposé à l’artiste Jace de réaliser une fresque. Depuis septembre 2019, elle réjouit professionnels et patients de ses couleurs.

En 2019, le CHRU de Nancy a souhaité mettre en valeur la culture à l’hôpital par la réalisation d’une fresque sur le site de l’hôpital central. « Il y avait de nombreux objectifs : embellir les lieux, créer du lien entre les professionnels mais aussi avec les usagers, faire changer le regard sur l’institution », se souvient Francis Bruneau, directeur général adjoint du CHRU.

Décloisonner l’hôpital

Dans un premier temps, la direction se rapproche de la ville, très active dans le domaine du street art. Les équipes municipales viennent sur site et aident à choisir l’emplacement de la fresque. Elles mettent en relation l’hôpital avec l’association culturelle Le Mur, qui va contribuer à identifier des artistes. « Nous avons été épaulés par une expertise extérieure. Le fait de travailler avec la ville et l’association a concouru à décloisonner l’institution », se félicite Francis Bruneau. Enfin, l’établissement hospitalier ne souhaitant aucunement grever son budget, il part à la recherche de partenaires financiers. L’Association des chefs de service du CHRU et Lagardère Travel Retail France ont apporté leur soutien pécuniaire à la réalisation de l’œuvre.

Participation du personnel et des usagers

Sur les neuf artistes présélectionnés, seuls cinq restent dans la course après un premier vote des membres de l’association des chefs de service. Ensuite, le CHRU organise un vote en ligne auquel peuvent participer l’ensemble du personnel et les patients. Plus de 1 600 avis sont donnés ! Et le grand gagnant, c’est Jace, artiste graffeur originaire du Havre, qui vit et travaille à La Réunion. « J’ai déjà créé dans des hôpitaux, le contexte n’a pas été nouveau pour moi », témoigne-t-il. Il conçoit une œuvre qui représente selon lui « une bouffée d’air dans un univers anxiogène » : une petite maison perchée sur une île verdoyante, des chutes d’eau en forme de cœur. Sa proposition est acceptée. Et début septembre 2019, durant une semaine, il travaille à l’exécution. « Une rencontre avec le personnel a été organisée. L’artiste était très disponible et ouvert aux échanges. Il a fait des dédicaces », se souvient Francis Bruneau. 

Une invitation à l’évasion

Les patients et les professionnels sont enchantés par les couleurs éclatantes et la nature luxuriante qui ont envahi le mur entre les bâtiments d’imagerie médicale et de neurologie. Depuis la cafétéria, ils peuvent le contempler. « L’œuvre murale alimente les conversations, elle remplit son objectif de tisser du lien. Et puis, elle offre un moment de répit pour des patients éprouvés, elle les soulage par sa beauté », estime le directeur général adjoint. Quant à l’artiste, il est ravi, car le CHRU lui a donné carte blanche. Ainsi, outre la fresque, il a créé six dessins de ses fameux personnages, les « gouzous », que l’on retrouve un peu partout dans le monde. La fresque, elle, fait est désormais partie du parcours de street art de la ville, ADN – Art dans Nancy.

A PARTAGER SUR :